Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

L'arbre sculpté du Caylar (34)

Visualiser l'album

L'arbre sculpté du Caylar (34)

Une jolie balade, le temps splendide était avec nous, le soleil et des paysages magnifiques.

Le Plateau du Larzac, une plaine aride et dépeuplée, avec pour habitants à perte de vue, des immenses rochers calcaires qui, avec un peu d'imagination peuvent nous faire vivre l’espace d'un instant dans un bestiaire imaginaire.

De temps en temps on aperçoit des troupeaux de brebis paître tranquillement, le lait va servir pour fabriquer l'excellent Roquefort, on peut visiter les caves.

On y aperçoit aussi des troupeaux de vaches sur de vaste pâturages, c'est un voyage hors du temps dans ces grands espaces et ces pierres à perte de vue.

Pour en savoir plus, voici une vidéo qui en explique l'histoire :

https://youtu.be/zkmHFeAb0lw

Le Caylar se trouve sur le Plateau du Larzac dans les Causses (Patrimoine mondial de l'Humanité avec les Cévennes) il se trouve à une altitude de 760 m.

On aperçoit sur le Roc Castel, le Castellas, la Chapelle Castrale, la Croix.

Le Roc Castel, où est situé le Castellas, fut très occupé par les hommes.

C’était un site de défense naturel où la fortification était très simple à établir : seulement monter quelques murs entre les dolomies naturelles.

La première trace d’occupation, la Tour des Romains, remonterait plutôt à l’Age du Fer.

On retrouve aussi des maisons carolingiennes taillées à même le Roc Castel.

Il semble que les vestiges du Castellas datent du XIIe siècle, date à laquelle il est fait mention du mot "Castel".

Le site héberge aussi la Chapelle Castrale Notre-Dame-de-Roc-Castel, datée du XIIe siècle qui est encore en très bon état.

Comment venir au Caylar :

Depuis Montpellier prendre la direction Lodéve – Millau sur l'A75 sortie 49, à 15 mn de Lodéve

Le Caylar est une étape très prisée par les randonneurs, nous reviendrons faire la montée au Roc Castel tranquillement.

Devant la Tour de l'Horloge, se trouvait un orme champêtre, planté il y a bien longtemps, comme il en existe dans beaucoup d'autres villages.

Au milieu des années 80, il était atteint par la graphiose, maladie qui a touché la plupart des ormes de France.

Bientôt, ce ne fut plus qu'un arbre mort, triste et laide carcasse condamnée à être arrachée.

Heureusement, la magie d'un sculpteur lui a redonné une seconde vie.

En effet, en 1987, la municipalité décidait de le faire sculpter et un artiste d'origine bretonne mais héraultais d'adoption, Michel Chevray fut choisi pour réaliser ce projet.

Celui-ci, ancien élève de l'école des Beaux Arts de Lorient, était d'abord un spécialiste de la gravure et l'auteur de belles eaux-fortes.

C'était également un peintre de talent.

L'arbre du Caylar a été sa première sculpture importante.

Il réalisa l’œuvre en deux saisons, d'avril à septembre 1988 puis durant la même période en 1989, soit 2 000 heures de travail environ.

Il s'agit d'une œuvre essentiellement figurative.

L'arbre est peuplé, de la base du tronc jusqu'à la cime des branches, de toute une cohorte de personnages, d'animaux, de plantes et d'allégories.

Hormis quelques créations personnelles, la plupart des éléments évoquent assez clairement la vie sur le plateau du Larzac :

berger, cheptel, faune, flore, champignons...

Beaucoup sont le fruit de rencontres faites par l'artiste durant la réalisation de son œuvre.

Son inspiration s'est donc nourrie des échanges et des contacts avec les gens de passage et les habitants du village.

Désormais, légèrement déplacé et abrité, l'arbre sculpté représente un attrait touristique important du village.

(Source : une partie sur le panneau au pieds de l'Arbre Sculpté)