Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

Le taureau Garlan aux Saintes Maries de la Mer

Visualiser l'album

Le taureau Garlan aux Saintes Maries de la Mer

Garlan
Manade des Baumelles

Biòu de l'Avenir 2009
Biòu d'Or 2011 - 2012 - 2014
Dauphin du Biòu d'Or en 2013 et 2015

Taureau de race Camargue né en mars 2000 à la manade des Baumelles de Joël, Sylvie et Guillaume Linsolas, aux Saintes Maries de la Mer.

Descendant du célèbre cocardier Tristan, de la manade Saumade, Garlan fut un cocardier exceptionnel. Il fait partie des quatre seuls taureaux ayant remporté trois fois le Biòu, titre récompensant le meilleur taureau de l'année.

Garlan a commencé sa carrière le 2 juin 2004 à Bouillargues face à une école taurine. Sa première course de Ligue a lieu le 24 juin 2004 à Jonquière Saint Vincent. Il court au Trophée de l'Avenir pour la première fois à Cavaillon le 26 mai 2006 et au Trophée des As le 21 mai 2009 à Alès.

Il remporte son premier prix le 27 octobre 2007 à Méjanes mais cette année-là, sa saison est interrompue par une fracture à la patte arrière.

En près de 10 ans de carrière, il a remporté de nombreux trophées dans toutes les grandes arènes de la région, pour la plus grande joie de ses manadiers, gardians et amateurs.

Dans l'arène, sa force de combattant était son intelligence, son calme et surtout son anticipation sur le raset. Dominateur, il se faisait respecter et était redouté des raseteurs. Au terme de 73 courses dans toute sa carrière, il fait ses adieux à la piste le 14 novembre 2015 dans les arènes des Saintes Maries de la Mer et vit, depuis une retraite paisible dans les près de la manade des Baumelles. Il est le cocardier de référence pour la course camarguaise, aux Saintes Maries de la Mer, Capitale de la Bouvine.

Le Biòu d'Or

Le Biòu d'Or est un titre très convoité qui récompense l'excellente saison d'un cocardier.

Il est attribué chaque année par un jury de membres de la Commission du Trophée Taurin La Provence-Midi Libre, compétition créée en 1951, équivalent d'un championnat de France.

Les hommes concourent dans trois catégories :

Trophée des As, Trophée des Raseteurs et Trophée de l'Avenir ; les taureaux dans deux : Biòu d'Or et le Biòu de l'Avenir. Cette récompense suprême couronne la suprématie d'un taureau et honore le travail du manadier. Obtenir une fois ce titre est un grand bonheur. Deux fois avec le même taureau est rare, trois fois, exceptionnel.

Seuls quatre taureaux ont réussi le triplet : Loustic de Laurent, Barraié de Lafont, Camarina de Chauvet et Garlan des Baumelles.

Tous ensemble, défendons la Raço di Biòu !

Le Taureau de Camargue

L'origine du taureau de race Camargue, ou Raço di Biòu, a toujours été controversée.
Mais qu'il soit originaire d'Europe centrale ou qu'il appartienne à la race des taureaux asiatiques, l'origine de cet animal spécifique remonte à la plus haute Antiquité.

L'environnement, les conditions de vie et le climat camarguais l'ont rendu rustique et résistant.

Le taureau de Camargue est aujourd'hui essentiellement élevé pour la course camarguaise.

Son caractère sauvage et entier, son comportement agressif inné et sa morphologie musculeuse sont des atouts dans le jeu de l'arène.

La production de viande, qui bénéficie d'un label A.O.C., constitue une valorisation complémentaire des élevages.

L'élevage extensif

Elevé en troupeaux, appelés localement manades, sur les vastes plaines alluviales du delta du Rhône et de ses environs, le taureau Camargue, animal sauvage et mythique au pelage généralement noir et aux longues cornes fines en forme de lyre ou gobelet, vit en semi-liberté.

Il faut toute la dextérité des gardians et de leurs fidèles compagnons les chevaux Camargue pour les approcher.

Ce mode d'élevage extensif contribue largement à la conservation des écosystèmes et de la biodiversité tout en participant au maintien de la qualité paysagère de la Camargue.

En 2010, on évalue le cheptel de la Raço di Biòu à environ 20 000 têtes de bétail réparties sur quelque 130 manades.

Toutefois, de par le faible effectif de reproducteurs existants, la race est classée menacée.

Une vigilance permanente est indispensable pour que soit sauvegardée cette race autochtone unique.