Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

Les Outils Agricoles d'Antan à Manduel (30)

Visualiser l'album

Les Outils Agricoles d'Antan à Manduel (30)

Manduel, à 10 km au sud-est de Nîmes, occupée depuis la préhistoire, des vestiges ont été trouvés datant du néolithique, vers 6 000 avant JC.

Manduel constitue une ancienne villa gallo - romaine, nommé Mandolium en l’honneur de son propriétaire Manduos.

Vers 4 000 ans avant notre ère ainsi qu’à l’Age de Bronze (1 000 avant J-C), les premiers agriculteurs laissent des traces à Fumerian.

Ce quartier communal est peut-être l’ancêtre du village primitif. C’est alors, un lieu de commerce important, étape incontournable de la voie Héracléenne qui précède la Voie Domitienne reliant l’Italie et l’Espagne, via Beaucaire et Nîmes, et dont le tracé correspond aujourd’hui à celui de la D. 999.

Sur cette terre d’accueil, vers le 4ème siècle avant J-C, un gaulois venant du Nord et fuyant déjà la capitale régionale qu’est Nîmes, s’installe. Il se nomme Manduos et choisit d’appeler l’endroit où il a choisi de vivre “Mandolios”, c’est-à-dire “La Clairière de anduos”.

La commune est nommée pour la première fois en 943. Vers le 12ème siècle, le territoire administré par 3 consuls appartient aux Comtes de Toulouse, puis passe à Guillaume de Nogaret, Seigneur de Calvisson, du 14ème siècle à la Révolution.

L’histoire de Manduel se confond avec les grands événements qui ont “secoué” le pays : cortège de souffrances, guerre de cent ans, guerres de religions, massacre de 13 Manduellois par les Camisards en 1704, 46 morts sur 1500 habitants pendant la guerre de 1914-1918,...

En 1876, la destruction du vignoble par le phylloxéra, montre à quel point les Manduellois sont les champions régionaux de la greffe de la vigne, exportant et enseignant leur travail.

La solidarité est aussi une de leurs qualités puisqu’ils ont, les premiers
en Languedoc, créé une société viticole en 1882, une caisse agricole de crédit, une coopérative d’alimentation, une cave coopérative, une mutuelle Maladie- décès.

PATRIMOINE A MANDUEL

Élevée en 145 avant J.C, cette borne milliaire est l’une des bornes que les Romains posaient sur leurs routes principales, tous les mille pas c'est-à-dire à peu près tous les 1480 mètres.

Provenant de la voie Domitienne, qui reliait Narbonne à Arles, elle porte une inscription en latin ; très lisiblement on apprend que c’est Antonin Le Pieux qui l’érigea lors des réparations de la Voie Domitia. Le chiffre VII qui se trouve à la dernière ligne nous indique qu’elle marquait le 7eme mille entre Nîmes et Beaucaire.

Ce milliaire fut découvert en 1861, lors de la démolition de la vieille église de Manduel, sous le pavé de l’édifice. De part sa conservation presque parfaite, et pour assurer sa
protection, cette borne a fait l’objet d’un classement aux Monuments Historiques par arrêté du Ministre des Affaires Culturelles en date du 5 juin 1973. Elle se trouve actuellement face à l’Hôtel de Ville de Manduel.

L’ÉGLISE

Elle a été reconstruite à l’emplacement de la deuxième église de Manduel, sur
délibération du Conseil Municipal du 11 mai 1856. Elle est de style Romano-Byzantin. Parmi ses richesses, l’église compte quatre tableaux et des objets mobiliers, tels que les grilles latérales du Chœur (1862) et le Banc des Marguilliers (1862), qui sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.