Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/04/2017

La Procession de U Catenacciu à Sartène en Corse

IMG_9179.JPG

LA CROIX ET LA CHAÎNE DE LA PROCESSION DU CATENACCIU

(elles se trouvent dans l'église Santa Maria Assunta,

la croix pèse 35 kg - la chaîne aux pieds 15 kg)

A une cinquantaine de kilomètres de Bonifacio, en Corse du Sud se trouve Sartène, grâce à son patrimoine préhistorique, archéologique, architectural, religieux, militaire, rural et paysager, elle a été labellisée en janvier 2008 "Ville d'Art et d'Histoire". C'est une ville aux grandes maisons en granit, aux ruelles étroites et sombres, elle m'a toujours fascinée et en même temps je la trouvais un peu lugubre, lorsque avec ma famille nous la traversions pour nous rendre à Ajaccio (ou nous résidions) en venant de Bonifacio ou nous arrivions depuis la Sardaigne Porto-Torres en ferry.

IMG_4852.jpg

Nous arrivions à Sartène à la nuit tombée et traversions les rues désertes et sombres... car très peu d'éclairage à l'époque. Il y avait quelque chose de presque irréel, de mystérieux que je ressentais mais, j'attendais toujours avec impatience de traverser Sartène et les divers villages Corses que j'aimais beaucoup, mes frères et ma sœur dormaient fatigués, moi jamais pour tout regarder le nez collé à la vitre.

Depuis mon plus jeune âge, je me suis toujours plongée dans les livres d'aventures donc, il ne me fallait pas grand chose pour que mon imagination vagabonde lors de nos longs voyages que j'attendais chaque année avec beaucoup d'impatience. Chaque village, château, maison à l'architecture étrange, monument, une route de montagne, des rochers aux formes étranges, des hautes montagnes parfois enneigées m'ont toujours (et continuent encore à ce jour) à me fasciner. Je me sens toute petite face à toutes ces beautés qu'il nous est donné d'admirer je ne suis jamais blasée, tout est beau si on sait regarder et apprécier.

LE CLOCHER DE L'EGLISE SANTA MARIA ASSUNTA

SAM_7278.jpg

Lors de notre dernier séjour, nous avons passée une journée entière à nous balader dans le village en y découvrant son immense et riche patrimoine très intéressant. En repartant à la nuit tombée (décidément... toujours à la nuit tombé... ha ha ha) pour Ajaccio, j'ai eu la chance de voir, depuis la route à flanc de colline, des lumières éparses comme des petites étoiles qui seraient descendues sur la montagne et s'y rassembler.

LES CIMETIÈRES CORSES POUR LA TOUSSAINT ET DÉFUNTS

(les voir sur la route en partant c'est magique...)

IMG_9357.JPG

C'était la semaine ou l'on fêtait la "TOUSSAINT ET LES DÉFUNTS" les tombes dans les cimetière étaient illuminées pour chasser les ténèbres et ouvrir la voie aux disparus... Car les morts sont supposés revenir dans les lieux où il vécurent, encore une tradition qui est respectée dans tous les villages Corses, c'est très beau et magique à voir.

 

Depuis Sartène jusqu'à Ajaccio dans tous les cimetières et même dans le cimetière d'Ajaccio, ces lumières sont vraiment quelque chose de fantastique et d'émouvant à voir, c'est une ambiance vraiment particulière. Les cimetières Corses sont entourés de mystères.

J'ai pu admirer ces petites lumières par centaines et centaines dans tous les cimetières, c'est très beau, j'ai ramenée 3 grands lumignons qui restent allumées en continu 30 jours pour les mettre sur la tombe à ma mère.

L'HOTEL DE VILLE A SARTENE

IMG_9339.jpg

La procession du CATENACCIU

Le soir du Vendredi-Saint à 20 h 30, dans la cité médiévale de SARTENE, "la plus Corse des villes Corse..." comme le disait Mérimée, se déroule la procession du "LE CATENACCIU - L'ENCHAÎNÉ" vocable en langue corse qui décrit "un homme enchaîné ou porteur de chaînes", ils feront toute la procession pieds nus.

Le Vendredi-Saint est la fête religieuse célébrée par les Chrétiens le vendredi précédant le dimanche de Pâques. Il marque le jour de la crucifixion et la mort de Jésus-Christ.

LE CATENACCIU - L'ENCHAÎNÉ EN ROUGE

LE PÉNITENT BLANC VA L'AIDER A PORTER LA CROIX 

4.jpg

C'est assurément l'une des plus anciennes traditions religieuses de l'île de Corse, un peu comme en Sardaigne mon île, ou se dessinent quelques similitudes avec à peu près les mêmes rites et traditions dans toute l'île, voir le site Internet sur la Sardaigne à Iglesias ci-dessous :

http://www.arciconfraternitasantomonteiglesias.org/

Sardegna settimana santa.jpg

Son origine, qui se perdrait dans la nuit des temps et les méandres de l'Histoire, apparaît quelque peu controversée. Par recoupements, on peut dire que les racines de cette tradition prennent force dans la complémentarité d’événements issus du haut moyen-âge Corse, à savoir :

  • L'arrivée des moines franciscains aux XIIIe et XIXe siècles dans l'île (apparition des chemins de croix).
  • L'influence aragonaise des XIVe et XVe siècles (ils bâtirent les remparts actuels de la vieille ville).
  • L'apparition au XVIe siècle des confréries des pénitents (flagellants, battuti).

DANS LES RUES DE SARTENE LES CLOUS

MATÉRIALISENT LE CHEMIN DE LA PROCESSION

IMG_9302.JPG

Le parcours de la procession du CATENACCIU :

Le parcours de la procession du "CATENACCIU" a sans aucun doute varié au cours des siècles, il est certain que les processions anciennes empruntaient un parcours diffèrent de celui d'aujourd'hui.

LE CATENACCIU PORTE LA CROIX ET VA DÉBUTER LA PROCESSION

5.jpg

Les "pérégrinations" des premiers "Catenacci" se sont déroulés tout d'abord, autour de la première église de Sartène dédiée aux Saints Côme et Damien (Saints Patrons de la Cité), puis à l'intérieur des remparts de la vieille ville (castrum) où était érigée une église dédiée à "Santa Maria delle grazie" (XVIe). Au XVIIe siècle fut bâtie la première "chiesa parrochiale di Sartene", il doit s'agir de l'église qui a précédé l'actuelle.

La longueur du parcours est de 1 800 mètres (hors distances parcourues à l'intérieur des églises de "Santa Maria Assunta" et de "San Bastianu". Suite à la construction du quartier du "Borgu" et de l'église de "San Bastianu" (fin XVIIIe - début XIXe), le parcours a définitivement été adopté jusqu'à aujourd'hui.

LA PROCESSION SE FAIT PIEDS NUS

(à sa cheville droite, la chaîne qui pèse 15 kg) 

catenacciu7-d6c502.jpg

Partant de l'église paroissiale "Santa Maria Assunta", la procession s'engouffre dans la rue Sainte Anne, où a lieu la 1ère chute du "Catenacciu" (au droit du lieu où s’élevait jadis "la chiesa pro-parrochiale di Sant'Anna), puis emprunte la rue Tafanelli, par laquelle on pénètre dans la vieille cité moyenâgeuse, et celle des frères Bartoli qui débouche sur la place Porta, où intervient la 2ème chute (au pieds de l'église Sainte Marie).

PANORAMA DE SARTENE

(une partie de la ville sous le soleil, avec un arc-en-ciel)

SARTENE EGLISE.JPG

La "pérégrination" s'engage dans la rue Borgo pour pénétrer dans "l'église San Bastianu" pour un instant de prières et de recueillement. A la sortie de cet oratoire, la procession traverse la rue De Peretti, puis la rue Croce, au bout de laquelle, s'effectue la 3ème chute (à l'endroit où s'élevait jadis le couvent dédié à Saint François d'Assise). Elle rejoint enfin le parvis de Sainte Marie pour le sermon du Père prédicateur et la bénédiction pascale. Enfin, le cortège pénitentiel regagne l'autel de l'église "Santa Maria Assunta" où la foule des pèlerins déambulera et vénérera le "Christ gisant" porté durant la procession par les pénitents noirs.

L'EGLISE SANTA MARIA ASSUNTA

IMG_9340.jpg 

LES PÉNITENTS

La procession du "CATENACCIU" se compose tout d'abord de dix Pénitents puis du Clergé qui compte un Père Prédicateur venu spécialement à Sartène animer la Semaine Sainte et prêcher la Passion à l'issue de la procession. Tous sont encadrés par les membres de la "Confrérie A Compagnia del Santissimo Sacramento" qui forment une haie d'honneur et ouvrent le cortège avec les enfants de chœur de la paroisse. Les confrères rythment la marche des pénitents en psalmodiant le chant lancinant des litanies dont "Perdono mio Dio.

Les pénitents se sont inscrits bien des années à l'avance, sur un registre spécial tenu par le curé-archiprêtre de la paroisse de Sartène et choisis par ce même prélat, la liste des candidats, tenue secrète est parait-il très longue !...

L’ÉCHAUGUETTE DU XIIE SIÈCLE

(dernier vestige du rempart ceinturant la ville au XVe siècle)

IMG_5180.jpg

Site Internet de la Procession du "U CATENACCIU" :

http://www.curagiu.com/catenacciu.htm

Le Pénitent Rouge

Le pénitent principal est vêtu d'une aube et d'une cagoule rouge (la cagoule préservera son anonymat, mais sera aussi un signe d’humilité et donnera à son acte un sens collectif - pour les Sartenais, il est ce Vendredi-Saint leur représentant).

catenacciu11-d6c559.jpg

Il représente le "Catenacciu" (vocable en langue corse qui signifie : "porteur de chaînes" et par extension avec le préfixe "acciu" homme enchaîné par ses péchés qui figure le "Chemin de Croix du Christ dans sa montée vers le Golgotha". Les Sartenais l'appellent familièrement et affectueusement "U Russu - le Rouge". Il portera pendant près de deux heures une croix de 33 kilos, taillée dans le cœur d'un chêne et traînera, sanglées à sa cheville des chaînes de 15 kilos. C'est aux pied de l'autel qu'il est chargé de son fardeau et enchaîné à sa cheville droite par le Prieur de la Confrérie.

LES CHAINES ET LA CROIX DU PÉNITENT ROUGE

(se trouvent à l'intérieur de l'église Santa Maria Assunta)

IMG_9181.JPG

Le Pénitent Blanc

Également habillé d'une aube et d'une cagoule blanche, ce pénitent "U Biancu - Le Blanc" représente Simon de Cyrène, et comme le fit ce dernier avec Jésus-Christ, il aide le "Catenacciu" tout au long de sa "pérégrination". Il symbolise la fraternité et la solidarité humaine, son habit est ceint d'une écharpe de couleur violette, signe de deuil, pour rappeler la tragédie de la Passion de Notre Seigneur. Dans les églises la couleur violette est le signe du deuil et de Pâques, elles sont déjà parées de ces couleurs pour la messe de Pâques.

LE PÉNITENT BLANC

C.jpg

Qui est Simon de Cyrène

Simon de Cyrène était un homme juste, un bon père de famille qui revenait des champs quand, les soldats du gouverneur lui ordonnèrent d'aider Jésus épuisé à porter sa lourde croix sur le chemin du Mont Golgotha

Les Pénitents Noirs

Ces derniers sont aux nombres de huit, habillés et cagoulés de noir, ils symbolisent "les Juifs". Quatre d'entre eux portent un dais noir (ou baldaquin) qui protège un "Christ gisant" dans son cercueil recouvert d'un linceul blanc (statue en bois polychrome du XVI° siècle et d'origine espagnole) et porté par les quatre autres pénitents noirs.

LES PÉNITENTS NOIRS

E.jpg

En signe de pénitence et d'humilité, les dix pénitents accompliront, nus pieds, le parcours processionnel.    

A la fin de la procession, "U CATENACCIU" est reconduit au couvent, et beaucoup plus tard dans la nuit, il rejoindra son domicile, son village, son maquis ou la prison, car personne ne connait qui est le Catenacciu. Cette tradition aurait été importée d'Espagne par les occupants Aragonais (comme en Sardaigne) qui fut le fondateur de la ville de Sartène en 1419.

L'EGLISE SANTA MARIA ASSUNTA

SAM_7279.jpg

Je ferais une note à part, pour vous parler plus en détail de cette très belle ville qu'est Sartène, je vous ferais redécouvrir son riche patrimoine. Je vous parlerais aussi du magnifique Musée Départemental de Préhistoire Corse et d'Archéologie qui se trouve au-dessus de la ville. J'ai eu la chance de le visiter il y a quelques années, il est le deuxième musée de l'île après celui d'Aleria, j'y retourne bientôt (hors saison) pour visiter d'autres sites tout aussi intéressants. Il vaut mieux venir hors saison si l'on veut en profiter pour visiter les sites tranquillement, en plus les températures sont très douces, sinon l'été c'est vraiment galère, beaucoup trop de circulation et de public.

MUSÉE DÉPARTEMENTAL DE PRÉHISTOIRE CORSE ET D'ARCHÉOLOGIE

IMG_9162 a.jpg

Je vous souhaite à tous,

Un merveilleux week-end

Tout en tendresse

Joyeuses fêtes de Pâques

Aux enfants, bonne chasse aux œufs... 

 

31/01/2017

Conférence Formes et Symboles dans l'Architecture de nos Eglises

1200.jpg

Après la soirée-galette des Rois à Haute Plage, voici la première conférence de cette nouvelle année 2017. Ce soir aura lieu la conférence de M. Joseph Brémond, Architecte Honoraire "Formes et Symboles dans l'architecture de nos églises"

Il nous présentera les clés attachés à la forme de ces sanctuaire, à leur époque..... Une grande partie de notre patrimoine architectural est religieux : chapelles, églises, cathédrales... Ces édifices présentent des constantes chargées de symbolisme : pourquoi une nef et un chœur ?

b.jpg

Leur construction a évolué au cours de l'histoire et nous les classons : art roman, gothique, baroque. M. Brémond nous parlera de la mentalité du temps de leur réalisation, de ce qui motivait les commanditaires et architectes pour la composition de ces œuvres. Nous découvrirons les spécificités de chaque époque et les symboles associés :

  • Le Roman : il joue de l'Ombre et de la Lumière.
  • Le Gothique : à la recherche de la Jérusalem Céleste.
  • Le Baroque : comment faire pour Dieu aussi beau que pour le Roi.

Un éclairage sur l'histoire de l'architecture religieuse depuis les premières basiqqliques jusqu'aux oeuvres contemporaines.

Puis le lundi 13 mars 2017 à 16 heures

aura lieu l'Assemblée Générale de l'Association

UNE DES PLAGES DE LA GRANDE MOTTE

DSCN9949.jpg

VENEZ NOMBREUX Y ASSISTER