Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/07/2011

Portes ouvertes sur les fouilles archéologiques à ASPIRAN (34)

SAM_1324.JPG

Voici la journée portes ouvertes le 14 juillet 2011 qui nous a fait découvrir un site de fouilles archéologiques immense, fouillée en partie seulement et qui se trouve à ASPIRAN. La guide que nous avions nous explique qu'ils attendent impatiemment de pouvoir fouiller l'autre partie de la villa qui se trouve sous les vignes pour 2012, si le viticulteur accepte de vendre bien sur.

PLAN DU SITE DE FOUILLES (parties non encore fouillées)

ASPIRAN 1 OK.jpg

Lorsque j'arrive à 10 heures je constate qu'il y a déjà 3 groupes avec guides autour du site de fouilles, pendant ce temps les archéologues sont sur le site en train de dégager des objets. Aprés notre groupe encore un groupe fera la visite, beaucoup de personnes s'interessent au passé.

SAM_1170 BIS.jpg

Nous sommes partis vers midi les archéologues s'étant arretés pour le déjeuner, notre guide a été très sympatique et a repondu à nos questions avec beaucoup de gentilesse et de détails, elle a attendu pour rejoindre ses amis et pouvoir déjeuner, merci à elle.

5.jpg

Le site se trouve sur la route nationale 109 entre de très beaux vignobles avec un paysage magnifique autour, il a été découvert par hasard par Monsieur G. Combarnous qui effectuait des travaux agricoles.

SAM_1194.JPG

Ce chantier école-fouilles et programmée et dirigé par l'archéologue du CNRS monsieur Stéphane Meauné avec l'aide d'autres personnes dont, des étudiants en archéologie venus de plusieurs villes en France et même de l'étranger.

SAM_1141.JPG   

Site internet "Archéologies des Sociétés Méditérranéennes" ou vous aurez plus de renseignements :

http://www.archeo-lattes.cnrs.fr/spip.php?article74

Un panneau à l'entrée du site de fouilles nous parle de la Villa Saint-Bézard et l'atelier de potier de QUINTUS IULIUS PRIMUS (Ier - Ve s. apr. J. C.).

7.jpg

De part et d'autre du chemin vicinal (s'étend un vaste ensemble domanial romain, conservé sous moins de 50 cm de terre arable, qui livre aujourd'hui ses secrets. Repéré dans les années 1950 grâce aux objets remontés à la surface par les labours, le site est d'abord fouillé au début des années 70 par Pierre-Yves Genty, qui dégagera une grande partie des fours construits sur la terrasse moyenne de l'atelier de potier.

FOUILLES SUR LA ROUTE ROMAINE (plusieurs couches)

SAM_1157.JPG

Quelques années plus tard, l'élargissement de la RN 109 entraîne la fouille partielle de l'aile méridionale de la villa. Ces deux interventions ayant révélé des vestiges riches et particulièrement bien conservés, une équipe du CNRS et de l'Université de Montpellier III a entamé, avec le soutien financier du Ministére de la Culture, de la région Languedoc-Roussillon, du département de l'Hérault et de la commune d'Aspiran, un programme de recherches pluri-annuelles à partir de l'année 2005.

CANALISATION SOUS LA ROUTE ROMAINE

SAM_1158.JPG

Saint-Bézard apparaît comme l'archetype de la grande villa d'époque romaine. Ces villae se multiplient dans la province de la gaule Narbonnaise au début du Haut-Empire. Les sources de revenu de Saint-Bézard sont essentiellement agricoles (vin, élevage, céréaliculture...) mais elle tire aussi une partie de ses richesses de l'artisanat, notamment potier.

SAM_1174.JPG

Occupé dès le début du Ier s. jusqu'au Ve s. apr. J. -C., l'ensemble domanial est fondé en 10 apr. J. - C. par Quintus Iulius Primus, un entrepreneur italien originaire de la région de Pouzzoles (Campanie, Italie).

Il construit de vastes chais vinicoles qui abritent plus de 300 dolias (grandes jarres en terre cuite), fabriqués dans l'atelier adjacent et dans lesquels étaient vinifiés environ 4000 hectolitres de vin.

LES CHAIS AVEC RESTES DES DOLIAS

2.jpg

Ces grands chais sont en activité jusqu'a la fin du IIIe s. dans les années 30-40, à proximité du cellier occidental, sont construits des thermes peu étendus qui semblent destinés à la main d'oeuvre du domaine.

DOLIA AU VILLAGE  GAULOIS D'ENSERUNE

SAM_1081.JPG

Plus tard vers la fin du Ier apr. J. - C., ces premiers thermes sont monumentalisés avec l'adjonction d'une grande piscine d'eau froide de 280 m² (natatio).

L'ATELIER DES POTIERS AVEC LES FOURS ET TUILES ROMAINES

3.jpg

Au même moment, une tour-grenier est édifiée de l'autre coté de la chaussée qui traverse l'établissement. Elle abrite des thermes ainsi qu'une boulangerie, utilisés par les travailleurs du domaine.

TOIT DE MAISON A PARTIR DE TEGULAE (tuiles)

TOIT A PARTIR DE TEGULAE TUILES.jpg

LA TOUR (15 - 20 M DE HAUT) OU ETAIENT LES THERMES ET LA BOULANGERIE

1.jpg

Pour une exploitation de cette envergure, on estime à plus de 100 le nombre de travailleurs à l'année. outre le vin produit dans la villa, le propriètaire fait également fabriquer dans l'atelier de potiers des amphores, des matériaux de construction et de la vaisselle de table et de cuisine (en particulier de la sigillée rouge de très bonne qualité) essentiellement déstinés à la commercialisation.

LES THERMES NORD

SAM_1133 BIS.jpg

Au IVe s. le complexe domanial montre une diversification importante de son économie qui désormais repose en grande partie sur les productions artisanales (travail du fer, des peaux, de la laine, atelier de taille de meules).

FOUR OU UN PROBLEME EST SURVENU (coulées vertes)

SAM_1230.JPG

Néammoins, on observe encore le maintien probable d'une activité potière tandis qu'apparait à la fin du VIe s. une petite unité de production de vin. Ce site est définitivement abandonné dans le courant du Ve s. apr. J. - C.

ASPIRAN 2 OK.jpg

Une très belle visite sur ce site exceptionnel, j'avais déjà entendu parler des fours, mais je n'avais jamais eu l'occasion d'en voir c'est très intéressant.

FOUR AVEC DEUX ENTREES

SAM_1235.JPG

Je remercie toutes ces personnes qui donnent de leur temps pour nous faire partager l'éspace de quelques heures, le résultat de leur travail et de leur passion.

Bonne continuation à eux et bon courage.

LE VILLAGE D'ASPIRAN

J'ai été voir le village d'ASPIRAN qui posséde une histoire comme écrite sur le panneau prés de l'église. La présence de différents sites antiques et des traces de fabrication d'amphores vinaires sont les témoins de l'occupation de l'espace communal à l'époque gallo-romaine. Au Moyen Âge, Aspiran devient une possession de l'Abbaye d'Aniane.

PLAN DE DECOUVERTE DU PATRIMOINE

SAM_1267.JPG

1 - La maison du Viguier

2 - La porte de l'est dite "Porche de Bonnery"

3 - La maison Lapierre ou Grand'Rue

4 - La placette

5 - Le porche sud dit "Portanel"

6 - La chapelle des Pénitents

7 - L'église Saint-Julien

ENTREE DE L'EGLISE SAINT-JULIEN

SAM_1281.JPG

Le bourg s'est développé à l'intérieur d'une enceinte comportant quatre portes dont deux subsistent actuellement. Le village qui vit de la polyculture et du travail de la laine prendra un nouvel essor avec la création de la manufacture royale de Villeneuvette. Entre le XVe et le d2but du XVIIe siècle, on y élève des maisons dont les vestiges sont le reflet de la notabilié de leurs occupants.

LA MAISON DU VIGUIER

ASPIRAN PICASA OK2.jpg

Au cours du XIXe siècle, Aspiran s'étend hors de ses murs et le centre du village se déplace de la Placette vers la nouvelle place du Peyrou et enfin vers celle du Jeu de Ballon. Après la crise du phylloxéra (vers 1865), le vignoble s'étend et la viticulture devient la principale source d'activité.

VIEILLES MAISONS

ASPIRAN PICASA OK.jpg

La construction de la voie ferrée et la création de la Cave Coopérative vinicole favorisent la commercialisation du vin. La Clairette d'Aspiran, connue depuis longtemps, obtient l'Appellation d'Origine Contrôlée en 1948. Après la seconde guerre mondiale, une activité industrielle autour du genêt est tentée à l'usine des Garrigues.

SAM_1260.JPG

La base du clocher ainsi qu'une partie du mur nord sont d'époque romane. Elle a été reconstruite au XIIIe siècle, fortifiée au XIVe siècle, puis endommagée à plusieurs reprises par les guerres de Cent Ans et de réligion. Au XVIIe siècle son intérieur a été richement doté : Fonts Baptismaux, autel du Sacré Coeur. Une partie du mobilier, notamment les autels en bois doré, vient de la Chapelle des Pénitents. Au moyen Age, le cimetière se trouvait devant la porte principale.

L'EGLISE SAINT-JULIEN

ASPIRAN PICASA OK1.jpg

La chapelle de Pénitents est située à l'une des entrées du village, elle abrita de 1390 à 1552, la Confrérie du Saint-Esprit puis, à partir de 1637, celle des Pénitents Blancs. Le clocher construit en 1816 a pour base une ancienne tour. La porte d'entrée du XVIIe siècle représente l'Assomption de la Vierge entourée de deux pénitents en priére. Avant de devenir une salle de réunion et d'exposition, cette chapelle a servi d'atelier de salpêtre, de refuge, d'hopital et de cinéma.

LA CHAPELLE DES PENITENTS

6.jpg

Une balade agréable mais je n'ait pas visité tout le village (pieds en compote), mais j'ai trouvé un petit village sympa et ses habitants (deux dames très gentilles) m'ont indiqué le patrimoine du village.

Balades du Patrimoine d'Aspiran :

http://www.cc-clermontais.fr/IMG/pdf/2008-11-15-Aspiran.pdf

 

Bonne visite à tous


Commentaires

Super reportage, très enrichissant pour moi car j'ai effectué un travail sur l'oenotourisme à Aspiran
J'ai découvert ce reportage par hazard
Les photos sont très belles
Félicitations à vous

Écrit par : Bourgeois Fabienne | 25/06/2013

Merci pour votre commentaire Fabienne, ravie que ça vous plaise j'espère vous conter parmi mes fidèles lecteurs.
Bonne continuation.

Écrit par : Ornella | 26/06/2013

Les commentaires sont fermés.