Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/03/2015

Le Musée de la Tour des Prisons à Lunel (34)

LUNEL MUSEE PRISONS 2.jpg

Je vais vous parler d'une visite inattendue dans le centre historique de Lunel, la ville possède un important Patrimoine à découvrir dans le dédale de ses ruelles. On découvre un lieu d'enfermement, un lieu de Mémoire qui rappelle 4 siècles de détention, reconnu au titre des Monuments Historiques, il a ouvert ses portes le 20 septembre 2014  lors des "Journées du Patrimoine".

LA TOUR DES PRISONS

(derrière l'Office du Tourisme)

IMG_6353.jpg

Une visite qui nous amène dans les sombres cachots de cette Tour des Prisons, c'est une tour carrée qui s’éleve à 16 m de hauteur. On découvre une première cellule au rez-de-chaussé, deux cachots au 1er étage (se trouvent le plus grand nombre de graffitis), au 2e étage le chemin de ronde avec deux salles et un dernier étage en haut de la coupole dite la salle des Passagers.

IMG_1513.jpg

On emprunte à partir du rez-de-chaussé un escalier contemporain en bois ou sont graves des images qui se trouvent gravés dans les cachots puis, un escalier à vis très ancien, les premières marches sont très petites (voir sur les photos ci-dessous). L’escalier à vis (parfois nommé injustement escalier à la française) est un escalier conçu en spirale, tournant autour d'un pivot central. Dans le langage courant, on parle souvent "d'escalier tournant" ou "d'escalier en spirale". Il tire son nom du terme normand "calimachon" qui signifie littéralement "limaçon à coquille", qui illustre bien sa forme particulière.

 

Au sols des galets, les murs sont noirs de suie à la lueur d'une lampe torche elle nous plonge dans un univers assez particulier, de plus un fond sonore égrène des paroles de détenus, c'est assez troublant la première fois qu'on entre dans les cellules (je l'ait visité plusieurs fois pour le faire connaître à des amis).

UN AUTRE GRAFFITI

(autoportrait surement avec signature)

IMG_1484.jpg

Divers objets courants ont été découverts lors des fouilles dans les latrines, on peut les voir exposés au dernier étage dans la Salle de Garde, puis transformée en geôle dite Salle des Passagers. Les portes des cachots sont vraiment incroyables et stupéfiantes, celle de cette salle d'ailleurs est toute recouverte en fer piquetée (voir photos).

PORTES DES DIFFÉRENTS CACHOTS DE LA TOUR DES PRISONS

 

On peut admirer dans une salle des archives des registres de la prison, des films et des panneaux nous en apprennent plus sur la vie de ces prisonniers (des femmes et des enfants y ont aussi été incarcérés), la scénographie est très bien faite. Les registres de police et des dépôts de sûreté précisent aux XVIIIe et XIXe siècles, les raisons de détention : vagabondage, mendicité, défaut de papiers ou de titre de séjour, prostitution, vols, escroqueries, dettes, outrages à la pudeur, insultes aux représentants de forces de l'ordre etc.

REGISTRES DE POLICE

IMG_1515.jpg

Le 15 juin 1753, des enfants y ont même été enfermés quelques heures pour avoir glané sans l'autorisation du propriétaire. Les objets retrouvés dans les latrines laissent entrevoir le quotidien et les conditions de vie difficiles. Entre les corvées et les repas, les détenus improvisent des jeux, lisent ou fument, d'autres sculptent du calcaire, incisent ou dessinent sur les enduits pour que leur passage et leur nom ne soient pas oubliés...

UNE PARTIE DU CHEMIN DE RONDE

(il faut se baisser pour entrer, on ne tient pas debout)

 

La première fois que je l'ait visité, j'y ait passée au moins deux heures dans le musée, je me suis retrouvée seule dans les cachots avec ma lampe à scruter les murs et les détails. C'était très émouvant de s'y retrouver en pensant à ces prisonniers qui ont vécu dans ces lieux, ce qu'ils avaient dû ressentir. Puis j'ai amené des amis découvrir ce musée, ils ont adoré et moi j'ai pu voir des détails que je n'avais pas vu la première fois.

PORTE D'UN CACHOT

IMG_1478.jpg

Je me suis rappelée d'une autre visite avec une lampe, j'ai eu l'occasion de visiter la très belle Grotte de la Luire dans le Vercors que j'adore depuis toujours. Nous avons visité une partie de la grotte avec des lampes, j'avais un peu d’appréhension au début mais, finalement ce fut un vrai moment magique de pouvoir admirer une grotte de cette façon si insolite.

OSTENSOIR GRAVÉ DANS LE PREMIER CACHOT

IMG_1509.jpg

Voir note sur la visite de la Grotte de la Luire :

http://jaimelesmuseesetvieillespierres.blogs.midilibre.com/archive/2010/11/23/le-vercors-haut-lieu-de-la-resistance-2.html

LA SALLE VIDÉO

(explications sur le site, les découvertes ainsi que la restauration)

IMG_1529.jpg

Une visite émouvante lorsqu'on se retrouve dans ces cachots et qu'on y découvre ces différents graffitis, dessins, messages des détenus mais, aussi beaucoup de signes religieux gravés sur les murs. Le "Musée de la Tour des Prisons à Lunel", la Tour était un bâtiment défensif du XIe siècle, transformé en prison au XVIe siècle jusqu'en 1917 ou se trouvaient encore les derniers prisonniers

L’ENTRÉE DU MUSÉE DE LA TOUR DES PRISONS

(l'entrée se fait par l'Office du Tourisme)

IMG_6987.jpg

Musée de la Tour des Prisons

Office du Tourisme de Lunel

16, cours Gabriel Péri

34400 LUNEL

Dotée d'une histoire millénaire, la ville de Lunel est depuis toujours à la croisée des grandes routes commerciales (Via Domitia, chemin Saint-Jacques de Compostelle). Le sel, extrait des étangs camarguais et acheminé jusqu'à la ville grâce à un canal, contribua à la prospérité de la cité. Fière de ses traditions Camarguaises, la Cité Pescaluna est l'emblème de la Petite Camargue.

L'OFFICE DU TOURISME ET LA PORTE NOTRE DAME

(on aperçoit le haut de la Tour de la Prison et la coupole à gauche)

IMG_6694.jpg

LA PORTE NOTRE DAME VUE ARRIÈRE

IMG_6978.jpg

Ses habitants s'appellent les Lunellois et Lunelloises mais, on les appelle aussi les "Pescalunes - les Pécheurs de Lune en occitan". Ce nom est associé à une légende qui remonte à l'époque ou l'on pouvait se rendre vers le Grau-du-Roi par la voie fluviale en barque. Cette légende rapporte, qu'un pêcheur aurait tenté de pêcher la lune avec une nasse trouée dans un canal Lunellois.

LE PESCALUNA - LE PÉCHEUR DE LUNE

(œuvre du sculpteur Ben - K réalisée en 2006)

Un panneau à côté de la statue explique la légende du nom des "Pescaluna - Pécheurs de Lune" :

"Eici li gènt de Lunèu

Que toujour n'en fan quaucuno

Un jour coume d'estournèu

Anèron pesca la luno

La luno èro couchado

Cresien que s'èro negado

E l'anèron touti pesca

Emb'un paniè trauca."

TRADUCTION

"Voici les gens de Lunel

Qui en font toujours quelqu'une

Un jour comme des étourneaux

Ils allèrent pêcher la lune

La lune était couchée

Ils croyaient qu'elle était noyée

Et ils allèrent la pêcher

Avec un panier troué."

LE PESCALUNA - LE PÉCHEUR DE LUNE

IMG_7045.JPG

LE MUSÉE MÉDARD

(le musée du livre et du patrimoine écrit)

MEDARD.jpg

La Via Domitia est la plus ancienne Voie Romaine construite en Gaule. Son tracé, proche de ceux de l'A9 (Autoroute) et le R.N. 113 (Route Nationale), a été élaboré vers 120 av J.-C. par Cneius Domitius Ahenobarbus, proconsul. Les agglomérations gauloises situées sur son passage devinrent des relais d'étape, comme ce fut le cas pour "l'Oppidum d'Ambrussum".

LA TOUR DE LA PRISON

(derrière l'Office du tourisme)

IMG_6977.jpg

Voir note sur l'Oppidum d'Ambrussum :

http://jaimelesmuseesetvieillespierres.blogs.midilibre.com/archive/2011/02/20/oppidum-d-ambrussum.html

http://jaimelesmuseesetvieillespierres.blogs.midilibre.com/album/ambrussum-inauguration-du-musee/

COPIE DE LA STATUE DE LA LIBERTÉ A LUNEL

(Auguste Bartholdi)

Statue de la Liberté de Lunel &.jpg

L’ÉGLISE NOTRE DAME DU LAC

IMG_6989.jpg

La Salle des Passagers

La Salle des Passagers accueillait durant un ou deux jours, les détenus transférés du centre de détention de Montpellier vers celui de Nîmes. La fenêtre, était à l'origine, fermée par un volet dont les planches conservent les noms et initiales de prisonniers. Sur les bards en calcaire figurent également diverses inscriptions gravées tandis que les murs présentent surtout des graffitis à la sanguine ou à la mine à plomb. Dans l'ancienne salles de garde aux XVIIe, XVIIIe siècle, la latrines a été préservée alors que la fenêtre nord a été murée lors de la construction des halles aux poissons en 1821 - 1823. Pour éviter les évasions, la cheminée a été également bouchée vers la fin du XIXe siècle.

La Porte Notre-Dame

Probablement construite au XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle, la porte Notre-Dame est l'un des vestiges les plus remarquables de la première enceinte médiévale qui délimitait le Castrum (château ou camp fortifié autour duquel se développe le territoire de la ville) sur une superficie de 9 hectares. Inscrit sur l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté préfectoral du 17 aout 1998.

PORTE NOTRE DAME

IMG_6951.jpg

Sur la pierre, les décors sont variés : croix, ostensoirs, calvaires, blasons, cœurs, prières et psaumes. Les signes religieux et prières peuvent dater de la fin du XVIe ou du XVIIe siècle. Sur une première couche d'enduit, des traces de graffitis à la sanguine ont été partiellement identifiés. Suite au "blanchissement" des cachots aux XVIIIe et XIXe siècles, de nouveaux graffitis ont été réalisés : signes géométriques, dates, initiales, textes, portraits. Les graffitis les plus récents et les plus fragiles ont été effectués à la mine de plomb : messages personnels, dessins. Les témoignages sonores relatent des faits réels, issus des registres de police de Lunel datant des XVIIIe et XIXe siècles.

GRAFFITI DANS UN CACHOT

(tète de moine avec texte)

IMG_1491.jpg

Dans les cachots

Selon les registres de police et du dépôt de sécurité, les condamnations des détenus de Lunel étaient variées. Si le vagabondage, la mendicité, le défaut de papiers ou de titre de voyage et les vols étaient majoritaires, plusieurs personnes furent enfermées pour des faux en écriture de commerce, pour des escroqueries, des dettes, des faits de prostitution clandestine, des outrages à la pudeur et insultes aux représentants des forces de l'ordre.

CACHOT DU 1ER ÉTAGE

(à gauche le trou des latrines)

IMG_1423.jpg

Des déserteurs espagnols ainsi que des évadés des prisons de la région furent également incarcérés dans l'édifice. En 1753, des enfants furent même condamnés à rester jusqu'à six heures du soir dans la prison pour avoir glané sans l'accord du propriétaire. Les registres de délibérations municipales font état, en 1760, de l'enfermement prolongé d'un jeune homme pour cause de folie. Soucieux de sa situation, le maire sollicita l’évêque et les intendants de l'hôpital Saint-Eloi de Montpellier pour prendre en charge le malade.

S'occuper dans un cachot

Si certains prisonniers ont comblé l'ennui en gravant ou dessinant des graffitis, d'autres ont conçu avec des moyens rudimentaires (cartons, lièges, boutons, anneaux) des pièces de jeux. Plusieurs jetons, billes et une petite balle en cuir ont été retrouvés dans les latrines. Après lecture, les coupures de journaux ont parfois été utilisées pour renforcer les chaussures ou se protéger du froid (papier journal sous les semelles). Une centaine de chaussures avec semelle en cuir ou en corde appartenant à des hommes, femmes et enfants a été identifiée.

ON VISITE LES CACHOTS A LA LUEUR DE LA LAMPE TORCHE

(assez impressionnant quand même)

IMG_6942.jpg

Pour se détendre, le tabac était vraisemblablement autorisé, la forme et les décors des pipes en terre cuite ou en bois désignent les séries des fabriques de Saint-Quentin la Poterie et de Marseille datant du XIXe siècle (Ateliers Bonnaud, Job Clerc ou Jacob). Quelques pièces de couture (ciseaux, fermoirs, boutons etc) et de nombreux haillons en lin, coton et laine laissent l'activité des prisonnières.

 

Château des Gaucelms

A la fin du XIIIe siècle Philippe le Bel fait de Lunel les siège d'une "Viguerie Royale" qu'il installe sur l'ancien Château des Gaucelms, Seigneur de la ville de 1007 à 1295 ayant particulièrement favorisé son développement (remparts, installation d'ordres religieux, canal...). L'édifice remanié présente actuellement une façade à pilastres de style Renaissance, datant du XVIe siècle.

LA MAISON DU VIGUIER

(le Viguier était le représentant du roi)

IMG_6984.jpg  

(source Office du Tourisme de Lunel)

http://www.ot-paysdelunel.fr/Patrimoine/Le-musee-de-la-Tour-des-Prisons-a-Lunel

On y trouve aussi à Lunel la 

PLACE JEAN JAURÉS

(statue du Capitaine Charles Menard)

C'est une visite unique à faire,

Ce n'est pas toujours qu'on peut voir,

Des centaines de graffitis sur des murs de cachots,

Réalisés par des détenus du XVIe siècle jusqu'en 1917.

Visite émouvante et touchante.

Bonne visite à tous

 

Les commentaires sont fermés.