Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/02/2017

Mémorial du Camp d'Internement pour Nomades à Saliers (13)

DSCN1549.JPG

Suite au décret du 6 avril 1940 interdisant la circulation aux Nomades (Gens du Voyage) sur la totalité du territoire métropolitain, la répression s'est amplifiée contre les Tsiganes français et étrangers conduisant à l'ouverture de nombreux Camps d'Internement en France. Créé en 1942 par le régime de Vichy, le Camps de Saliers à été le seul camp d'internement pour les Tsiganes de la zone Sud.

 

Officiellement ouvert le 15 juin 1942, son caractère concentrationnaire, car il s'agit de pallier la surpopulation du Camp de Rivesaltes. Raciste, car il regroupait des personnes selon un critère racial : les Gitans ou Nomades. La majorité des internés sont de nationalité française, ce qui démontre que pour le Régime de Vichy, la "race prime sur la nationalité et abolit la citoyenneté".

MÉMORIAL DANS LE CAMP DE RIVESALTES

(le Mémorial du Camps de Rivesaltes a été inauguré le 6 octobre 2015,

c'est une des portes d’entrée au camp, il y en avait plusieurs)

 DSCN3691.jpg

Les autorités voulaient faire du Camp de Saliers un instrument de propagande pour répondre aux nombreuses critiques venues de l'étranger sur les conditions d'internement dans les Camps Français. Or les réalités matérielles de vie sont négligées. Les travaux de construction des cabanes, de type camarguais, ne sont pas terminés lorsque arrivent 60 hommes en provenance du Camp de Rivesaltes les 3 et 21 juillet 1942. Ils vont devoir participer à la construction des cabanes *.

STÈLE POUR LES TSIGANES AU CAMP DE RIVESALTES

1629700557.JPG

L'inscription suivante y est gravée, pour ne jamais oublier :

Toi qui ne connais ni frontières ni chaînes,

Toi dont la liberté coule dans tes veines.

La folie des hommes... la folie Hitlérienne,

Ici t'ont enfermé aux portes de la haine.

Toi qui passe, prie, que cela jamais ne revienne,

Dis-le... crie-le au monde, afin qu'il se souvienne.

Ces larmes d'acier sont des larmes de sang,

Souffrances des Tsiganes, Roms et Gitans.

14 Janvier 2009

livre SALIERS.jpg

Fin novembre 1942, un premier convoi arrive de du Camp de Rivesaltes, en décembre, on décompte 380 internés à raison de 10 à 15 personnes par cabane de 4 X 8 mètres. La situation sanitaire est déplorable, les familles subissent "un séjour particulièrement odieux" (d'après le rapport de l'Inspecteur des camps du 5 décembre 1944) : état d’inachèvement des cabanes, contact direct avec les parasites, manque de luminosité, chauffage insuffisant, pas d'adduction d'eau potable, ni d'évacuation des eaux usées, sous-alimentation.

CAMP TZIGANES SALIERS   IMG_0284.jpg

Au total, 677 personnes ont été enfermées dans ce camp, 227 enfants ont dû être "évacués", c'est-à-dire arrachés des bras de leur mère et confiés à des organismes divers. 25 personnes, dont 6 enfants, sont morts ici dans des conditions déplorables d'enfermement. Plusieurs personnes, non répertoriées officiellement, sont décédés peu de temps après avoir quitté le camp des suites de la mal-nutrition et des mauvais traitements. Tous sont à ajouter aux centaines de milliers de victimes européennes du Samudaripen ou génocide des Tsiganes.

2154398917.jpg

Voir note sur mon blog du Camp de Rivesaltes : 

http://jaimelesmuseesetvieillespierres.blogs.midilibre.com/archive/2011/02/09/musee-memorial-camps-de-rivesaltes.html

DES CHAMPS A PERTE DE VUE DERRIÈRE LA STÈLE DE SALIERS

(il ne reste plus rien du camp, ils ont voulu tout effacer de ce passé)

DSCN6400.JPG

Une très belle et émouvante exposition de Nicole BERGE que j'ai pu voir à Argeles-sur-Mer en 2013"Savoir une chose comme l'ayant vue" Rivesaltes. Elle a passé beaucoup de temps à arpenter de long en large cet immense Camp de Rivesaltes, ou elle a ramassés des centaines et des centaines d'objets dans le camp de la vie quotidienne des personnes enfermées. 

http://jaimelesmuseesetvieillespierres.blogs.midilibre.com/archive/2013/05/02/savoir-une-chose-comme-l-ayant-vue-de-nicole-berge.html

DSCN6382.JPG

Par confusion avec un camp militaire nazi, le camp subit une attaque aérienne alliée le 18 août 1944, 211 internés en profitent alors pour s'évader. Le Camp quasiment vide, ne sera dissout officiellement que le 15 octobre 1944, ses vestiges seront détruits en 1952, après le tournage du film de G. H. Clouzot "Le salaire de la peur". Par contre, des traces indélébiles ont marqué la mémoire des familles qui y ont vécu.

Ma Bister - N'Oublions Jamais !

(en langue Romani)  

Afin que jamais la mémoire ne défaille, la Ville d'Arles, en partenariat avec l'Association pour un Musée de la Résistance et de la Déportation du Pays d'Arles, décide de commémorer pour la première fois en 2006, le souvenir de ces hommes et femmes internés, sur ce lieu même où fut dressé le camp. La sculpture réalisée par Jean-Claude GUERRI perpétue le souvenir et devient dés lors le Mémorial du Camp d'Internement des Gitans à SALIERS

STÈLE DU MÉMORIAL DU CAMP DE SALIERS 

DSCN6370.JPG

* Les cabanes du Camp de Saliers, vous aurez plus de détails sur le camp, son histoire et les mémoires du camp, la construction des cabanes de gardians avec les toits en sagne- roseaux etc etc... 

Depuis l'année 2006, une stèle est et présente en bordure d'un immense champ, sur la Départementale 37 indiquant l'emplacement de l'entrée du Camp de Saliers.

DSCN6364 a.jpg

EN CES LIEUX

DIEU N'AVAIT PLUS DE LARMES

ET SON CŒUR

AVAIT CESSÉE DE BATTRE

(Source http://www.terres-fr.com/samudaripen.asp)

 

Écrire un commentaire