Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/11/2017

L'Archipel du Frioul et l'Hôpital Caroline à Marseille

frioul.jpg

Je vais vous parler d'un lieu qui m'a toujours fascinée depuis bien longtemps, il se trouve à quelques milles de Marseille. Installés sur le pont supérieur du paquebot qui va nous emmener sur les deux îles chères à mon cœur, la Sardaigne et la Corse. On navigue entre le Château d'If et l'Archipel des Îles du Frioul. Dans l'archipel se trouve l'Hôpital Caroline qui est un établissement construit au XIXe siècle pour mettre en quarantaine les voyageurs malades qui arrivaient à Marseille.

SAM_0090.jpg

Des navettes pour les îles de l'Archipel du Frioul sont prévues depuis le Vieux Port à Marseille quels merveilleux souvenirs... Nous allions y acheter le poisson frais péché par les pécheurs et vendu sur place, lorsque je travaillais pendant quelques années à l'Aérospatiale à Marignane à ce jour Eurocopter, juste derrière l'Aéroport Marseille Provence.

L'ARCHIPEL DU FRIOUL

carte Frioul.jpg

La fièvre jaune de 1821 provoque un afflux de navires en quarantaine. Michel-Robert Penchaud (1772 - 1833), architecte de la Ville et du Département, est chargé de l'étude "d'une infirmerie pour les malades atteints de fièvre jaune" à établir sur l"île de Ratonneau.

 

Historique de l'Hôpital Caroline

Après diverses études, Penchaud présente, en 1823, un projet modeste pour 48 malades et 24 convalescents, sur un emplacement choisi sous le vent, dominant les criques de l'Eoube, Ratonneau et de St-Esteve, qui reçoit l'accord des autorités.

a1.jpg

En 1828, les travaux de l'hôpital, baptisé l'Hôpital Caroline, du prénom de l'épouse du Duc de Berry assassiné en 1820, sont achevés, il prend le nom de "Ratonneau" en 1831. De 1837 à 1841, il est réservé aux malades militaires évacués d'Afrique. Jusqu'en 1850, très exposé aux intempéries, insuffisamment entretenu, il se délabre peu à peu.

SAM_0105.jpg

L'architecte de la Santé, Jean-Marc Samuel Vaucher (1798 - 1877), le réhabilite en 1850, afin de remplacer le Lazaret de St-Martin d'Arenc à Marseille, condamné par l'extension du port côté Nord et qui ne répond plus aux besoins sanitaires. Pendant la période de 1850 à 1923, les constructions érigées sur l'île de Pomègues forment avec l'Hôpital Ratonneau un complexe sanitaire "le Lazaret des îles", considéré à l'époque comme le plus vaste et le meilleur établissement quarantenaire de Méditerranée.

L’HÔPITAL CAROLINE

(divers bâtiments au centre de l'Hôpital)

SAM_0099.JPG

Il est utilisé pour les soldats cholériques de retour de Crimée en 1854 et pour ceux des différentes campagnes coloniales. Il se dégrade à nouveau, sa construction avait été médiocre et le choix de la pierre de Fontvieille, résistant mal aux embruns marins, s'est avéré inadapté. En 1923, le pavillon de l'Intendance et celui de l'Administration sont modernisés.

A QUELQUES ENCABLURES DE MARSEILLE

SAM_0094.jpg

L'Hôpital prend le nom d'Hôpital Proust, du nom de l'Inspecteur Général des Services Sanitaires. En 1928, les îles sont abandonnées par le Service de Santé au profit de la Marine Nationale. La dernière utilisation des îles à des fins médicales date de 1941, une épidémie de typhus s'étant déclarée dans les prisons marseillaises.

L’HÔPITAL CAROLINE

(le bâtiment Saint-Roch, il abritait les convalescents) 

SAM_0102.JPG

Intégré par les Allemands dans leur système défensif, le Lazaret subit en 1944 un bombardement aérien et naval américain qui le détruit. En 1948, le Ministre de la Santé décide de la création, à Marseille d'une station sanitaire moderne, à la Joliette, mettant fin à la période des Lazarets. Lorsque la ville de Marseille acquiert les îles du Frioul en 1971, les ruines de l'Hôpital deviennent de ce fait propriété communale.

L’HÔPITAL CAROLINE

(le bâtiment de l'Intendance, en cours de réhabilitation)

SAM_0108.jpg 

Théories hygiénistes et architecture antique

Au XIXe siècle, les débats de la quarantaine se cristallisent autour de deux théories incompatibles. Le contagionnisme qui reconnaissait aux "pestes" un caractère direct et indirect justifiant l'existence des lazarets et des quarantaines. L'anti-contagionnisme qui voyait l'origine du mal dans les miasmes apportés par l'air, et piégés dans les lieux contaminés. On retrouve dans les plans de l'Hôpital Caroline l'influence de ces deux théories, puisqu'il fut construit de façon à isoler les malades tout en laissant circuler l'air à l'intérieur des salles, offertes aux vents purificateurs.

L’HÔPITAL CAROLINE ET L'ANCIENNE CHAPELLE NÉO-GRECQUE

(les bâtiments du complexe sont en cours de réhabilitation)

SAM_0103.jpg

Le lieu de construction de l'Hôpital Caroline, idéalement située entre les trois calanques répond à plusieurs préoccupations liées au programme sanitaire :

  • nécessité d'une implantation dans un site élevé donc aéré,
  • proximité de la mer pour faciliter les communications et permettre de pomper l'eau nécessaire au lavage des sols,
  • isolement strict pour la quarantaine,
  • facilité de surveillance, tout contact est évité entre malades et convalescents, entre personnel soignant et administrateurs, les quartiers sont isolés entre eux par des grilles. La place de chacun est définie, les circulations ont leur logique.  

Sa construction de 11 000 m² a coûté 638 000 francs or. Ensemble, à la fois harmonieux et majestueux, il comprend un espace de 90 m de côté avec au centre une chapelle, en forme de temple grec, deux bâtiments en croix pour les malades, et deux rectangulaires pour les convalescents. Un autre espace de 40 m de côté contient les édifices de l'administration. Deux cours en demi-cercle complètent l'ensemble. La symétrie n'est qu'apparente, cassée par la variété des formes et des dispositions des pavillons.

L’HÔPITAL CAROLINE

SAM_0089.jpg

Leur élévation est simple, composée en damiers de pleins et de vides, mais de subtils rapports sont établis entre ces éléments, créant un rythme visuel d'un bâtiment à l'autre. Notons que cette architecture néo-classique de la chapelle répond au désir de certains de retrouver les origines antiques de Marseille. Penchaud, également concepteur du temple protestant de la rue Grignan, de l'Arc de Triomphe de la place d'Aix, souhaitait sur ce projet concilier l'idéalisation du passé de la cité phocéenne et les impératifs sanitaires et fonctionnels.

A.jpg

En 1978, est crée l'Association pour le Renouveau et l'Animation de l'Hôpital Caroline, à laquelle les collectivités locales apportent leur soutien. Gaston Defferre, maire de Marseille écrivait alors : "Cet édifice, témoin de tant de souffrances, est déjà devenu un centre de rencontre de jeunes bénévoles. E raison de son passé et des sa situation exceptionnelle, sa vocation naturelle est de devenir un lieu de rencontre et de pédagogie dans des domaines aussi variés que la culture et les énergies nouvelles".

LA ROCHE PERCÉE -ROUCAS TROUCA   

SAM_0123.jpg

Magnifique exemple d'érosion en pays calcaire, du fait de son hétérogénéité et de sa fracturation la roche s'érode sous l'effet des agents atmosphériques (vent, pluie, embruns) d'une façon irrégulière. Seules les zones les plus dures résistent, constituant un passage plus ou moins tourmenté.

LA FERME AQUACOLE SUR L'ÎLE DE POMEGUÈS

SAM_0126 ferme aquacole.jpg

La ferme aquacole, située sur l'île de Pomègues à l'abri des tempêtes, élevant, Loups et Daurades Royales (appelés aussi bar, un poisson que j'adore grillé avec des petits légumes), elle fut créée en 1989 et se trouve à 4 km environ au large de Marseille. L'archipel du Frioul est composé de 4 îles, les îles de Pomegués et de Ratonneau, elles sont reliés par la Digue du Berry et de part et d'autre, l'île d'If ou se trouve le Château - Prison d'If et l'îlot de Tiboulen.

LE SÉMAPHORE DE POMÈGUES

(en cours de restauration)

SAM_0144.jpg

Le sémaphore, bâti à la fin du XIXe siècle, permettait de détecter les navires en approche. Les Allemands lui ajoutent un radar et un groupe électrogène, durant la Seconde Guerre Mondiale, pour augmenter la précision de détection.

LE SÉMAPHORE DE POMÈGUES

(en cours de restauration)

SAM_0128 SEMAPHORE DE POMEGUES.jpg

De tout temps, il y eut des postes de guetteurs ou vigies pour prévenir les invasions, signaler l'arrivée des navires. Mais, c'est sous Napoléon III que se mit véritablement en place un réseau de sémaphores sur tout le littoral.

LE SÉMAPHORE DE POMÈGUES

(en cours de restauration)

SAM_0138.jpg

Le sémaphore de Pomègues, construit en 1904, domine toute la magnifique Rade de Marseille, et assure une surveillance civile et militaire. Son personnel appartient au corps spécialisé des guetteurs de la Marine Nationale.

UN ÎLOT DANS LA CALANQUE DE LA CRINE

SAM_0134 TIBOULENE DE RATONNEAU.jpg   

Mer calme : un abri pour de petits bateaux sur une côte exposée au vent dominant à Marseille le Mistral. La mer a inondé d'anciens vallons après la fonte des glaciers du quaternaire. Ces vallons se sont creusés pendant les périodes glaciaires, quand la mer était à un niveau beaucoup plus bas (- 150 mètres). ici, elle a isolé un bout de roche calcaire, le sommet d'un monticule sous-marin.

POMÈGUES, ANCIEN PORT DE MISE EN QUARANTAINE

SAM_0116.jpg

Depuis le XVIIe siècle, la calanque a servi de mouillage naturel aux navires qu'on soupçonnait de transporter des malades contagieux. Elle devient ensuite un port de mise en quarantaine aménagé aux rail creusées dans les rochers pour permettre aux bateaux de s'amarrer, petit môle, halles, chapelle et capitainerie.

LE FORTIN DE POMÈGUES

SAM_0118.JPG

Pomègues, le Lazaret et la Consigne forment alors, jusqu'au XIXe siècle, le "complexe sanitaire marseillais" qui s’intègre dans un réseau, auquel appartiennent les grands ports méditerranéens pour protéger l'Europe des épidémies. Aujourd'hui, la calanque sert de mouillage aux plaisanciers et abrite une ferme aquacole.

LA MAISON DES PILOTES

(Service de Pilotage des navires,

il se trouve à l'entrée du Port Plaisanciers du Frioul)

SAM_0113.jpg

Voici un très beau bâtiment dans son décor naturel, il ressemble à un paquebot prêt à s’élancer sur l'eau de la Rade de Marseille. Ils ont acheté ce terrain à la marine vers 1948, bien avant qu'il n'appartienne à la ville de Marseille, et la Maison des Pilotes fut construite vers 1950. Trois pilotes y vivent et y travaillent pour une semaine. Depuis la loi maritime qui oblige depuis la fin du XIXe siècle la présence d'un pilote à bord des bâtiments en approche, tels que les cargos, tankers, ferry et navires militaires 

L'ÎLE AVEC LE CHÂTEAU - PRISON D'IF

(qui se trouve juste en face de l'hôpital Caroline)

DSC_6210.jpg

Pour les passionnés d'Histoire et d'Alexandre Dumas (je lisais ses romans d'aventure depuis le CM2) partez à la découverte du célèbre Château - Prison d'If pour revivre les aventures et l’évasion du Comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas. On revivra les histoires romanesques du Capitaine de Marine Edmond Dantès et de la très belle Mercedes. Vous profiterez par la même occasion de l'époustouflante vue sur Marseille et ses environs à 360°.

 LA BATTERIE DE CAP CAVEAUX

 

Occupé par les Allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale, il est bombardé par la Force Française Aérienne Libre et les Cuirassés Américains. En août 1945, l'Hôpital Caroline n'est plus qu'un champ de ruines.

Pour en savoir plus et voir des photos de la Batterie de Cap Caveaux :

http://www.tourisme-marseille.com/fiche/batterie-de-cap-caveau-le-frioul-marseille/

LES ÎLES DE L'ARCHIPEL DU FRIOUL

(l’Hôpital Caroline à gauche et le Château d'If à droite)

Archipel du Frioul.jpg

JE VOUS INVITE A ALLER

VOUS PROMENER SUR LES ÎLES DU FRIOUL

ET DÉCOUVRIR LE PASSÉ DE CETTE ÎLE

AUX PAYSAGES EXCEPTIONNELS